Production de maïs au Nigéria : une augmentation de 12% en 2022

Champ de production de mais au Nigéria

Alors que de nombreux pays africains continuent de pleurnicher pour avoir un peu de blé ukrainien, qui déjà parvient difficilement aux pays africains du fait de la surenchère, l’heure est plutôt à une augmentation de la production du maïs au Nigéria afin de baisser sa dépendance au blé. Le Nigéria devrait produire 23 millions de tonnes métriques (mmt) de maïs en 2022. Cela représentera une augmentation de 12 % par rapport à la production de 2021.




Pour atteindre ce noble objectif, la Banque centrale du Nigéria a introduit plusieurs programmes d’intervention et des facilités de crédit moins chères qui ont contribué à atténuer le coût plus élevé du diesel et des engrais. Il faut dire ici qu’un sac d’engrais coûte désormais jusqu’à 22 000 Naira (52 $), contre 15 000 naira en 2021. La nouvelle politique et les dispositions de la banque centrale du Nigeria ont eu pour effet de redonner du courage aux producteurs, surtout ceux de la « ceinture de maïs » du nord du Nigeria qui avait été contraints de quitter leurs exploitations en raison des attaques des insurgés islamistes et des hommes armés qui les kidnappaient en vue d’obtenir une rançon.

Une production de maïs soutenue par la BCN

Selon Edwin Chigozie Uche, président de la Maize Growers and Processors Association of Nigeria, « De nombreux fonds ont été avancés aux agriculteurs grâce au programme d’emprunteurs ancrés (prêt) de la Banque centrale du Nigeria (…) Je peux vous dire que cela a permis d’augmenter la production (tonnes métriques de maïs), d’accroître la production parce que pratiquement tous les éléments de la chaîne de valeur sont pris en compte, la mécanisation, les intrants de qualité, le service de vulgarisation ».




Mais malgré cette augmentation de la production, ces 23 millions de tonnes métriques de maïs ne suffiront pas à couvrir les besoins annuels du Nigeria, qui sont de 30 millions de tonnes, et donc jamais à palier toute la dépendance au blé d’Europe de l’Est. Dans la perspective d’atteindre cet objectif et pour assurer leur sécurité, les agriculteurs se regroupent pour former des groupes de patrouilles armées. (LIRE AUSSI :Importation du blé en Afrique : ces vérités incongrues qui dérangent).

Peut faire mieux

De son côté, les gouvernements des États ont mis en place des agro-rangers pour assurer la sécurité des communautés agricoles. Le maïs avec le riz et le blé sont les céréales les plus consommées au Nigeria. Le maïs est transformé en céréales ou en aliments pour le bétail. Les Nigérians consomment également un pourcentage élevé de maïs cuit ou rôti. En 2020, en raison de l’augmentation de la quantité de maïs importée au Nigéria, la banque centrale a interdit l’émission de devises pour l’importation de céréales.




La décision de la banque a joué un rôle majeur dans l’amélioration de la production. Avec une population estimée à plus de 200 millions d’habitants, et pour laquelle un grand pourcentage est constitué d’agriculteurs, le pays passe pour être le deuxième plus grand producteur de maïs en Afrique et il vise à mettre fin à l’importation de maïs à très court terme. (LIRE AUSSI : La Somalie au bord de la famine selon le chef du bureau OCHA).

Laisser un commentaire