Lengue Malapa : « Douala 1er est agressée par Douala 2ème et 5ème »

Maire Douala 1er Lengue Malapa

La cérémonie d’installation du nouveau Sous-préfet de Douala 1er a donné à Lengue Malapa l’occasion de crever publiquement quelques abcès qui minent la marche sereine de sa commune. Le jeudi, 04 août 2022, la ville de Douala 1er a vécu au rythme de l’installation de son nouveau Sous-préfet, M. Oumarou Michel. Le Sous-préfet Oumarou Michel était installé en remplacement de M. Fofié Mbouendia muté dans l’arrondissent de Douala 4ème. (LIRE AUSSI : Concours « villes propres » : la commune de Douala 2ème éternelle 2ème ?).




En cette occasion exceptionnelle, et fort de ce que l’arrivée d’un « nouveau Sous-préfet, est une occasion pour relancer les activités de l’arrondissement », le Maire de Douala 1er a jeté quelques pavés dans la mare pour dénoncer haut et clair, quelques situations regrettables qui plombent la marche sereine de cette commune vers l’émergence. En effet, l’édile de Dla 1er a relevé un certain nombre de problèmes que la mairie rencontre actuellement, notamment les problèmes d’hygiène et de salubrité, de désordre urbain et l’incivisme fiscal pour les recettes de la Mairie. Des problèmes qui requièrent des solutions urgentes.

un véritable capharnaüm à Douala 1er

Par ailleurs, présentant Douala 1er comme étant le siège des institutions de la Région et du département du Wouri, et même de la Mairie de la ville de Douala, Lengue Malapa a profité pour souligner que de son point de vue, « Douala 1er devait être le premier bénéficiaire des retombées de la ville de Douala. » Aussi, citant le proverbe qui enseigne que lorsque le singe est au dessus du prunier, le chimpanzé ne devait pas être celui qui profite le moins des prunes, le maire a dit espérer qu’à l’avenir, sa commune aura un meilleur traitement à la Mairie de la Ville.




Poursuivant sa liste de récriminations, le maire a insisté sur le fait qu’à certains moments, Douala 1er a mal dans sa peau. A ce sujet, il a évoqué les nuisances sonores, qu’elles soient nocturnes, éthyliques, ludiques et qui font qu’à certains moments, c’est un véritable capharnaüm à Douala 1er. De même le maire a fait état de l’irrespect du code de la route et ses corollaires dans la circulation à dans cette commune, toutes choses qui rendent la circulation périlleuse dans cette ville. C’est pourquoi, empruntant dans le langage biblique, le maire a dit que par certains moments, Douala 1er pourrait être comparée à Sodome, ou à Gomorrhe, non sans espérer que Dieu ne va pas détruire sa ville.

Du préfet du Wouri

Jean Jacques Lengue Malapa est revenu aussi sur les abus fonciers dont souffre son territoire et qui ont un impact certain sur les recettes fiscales de sa Commune. « Monsieur le préfet, de grâce, aidez nous à mettre de l’ordre sur le problème des limites de Douala 1er. Vous savez que Douala 1er est agressée au niveau de Bepanda par Douala 5ème. Vous savez que nous sommes particulièrement agressés au niveau du quartier Congo par Douala 2e. Et le fait le plus ahurissant, nous savons tous que Youpwe a une partie à Douala 1er. Il ne faudrait donc pas qu’on enlève à la fourmi ce qui lui revient. »




Il a alors prié le Préfet du Wouri de mettre de l’ordre dans ce problème, afin que Douala 1er puisse récupérer ce qui lui revient de droit. Remettant sur le tapis les actualités brulantes récentes d’Essengue et de Dikolo, Lengue Malapa s’est dédouané publiquement. « Et je voudrais ici dire à haute et intelligible voix, que la Mairie ne gère pas le foncier à Douala. Le Maire Lengue Malapa n’a ni de loin, ni de près à être responsable de ce qui s’est passé à Dikolo, donc nous savons que c’était un cataclysme. Nous n’avons rien à voir avec ce qui s’est passé à Essengué où des populations ont été déguerpies. »

Bourgmestre

Et afin que ce genre de situation malheureuses ne se reproduisent plus, le chef de l’exécutif municipal de Douala 1er a souhaité qu’avec « la décentralisation qui est un point phare de Son excellence monsieur le Président de la République », le maire, qu’il soit de la ville, qu’il soit de l’arrondissement, sera le bourgmestre. C’est à dire le véritable maitre du bourg. (LIRE AUSSI : Maurice Kamto : diversion autour des messages du Président Paul Biya)

Laisser un commentaire