Homophobie : Djoam Bopda Ryan Junior échappe in extremis à une arrestation

Djoam Bopda Ryan Junior

Après avoir évité de justesse une vindicte populaire, Djoam Bopda Ryan Junior, jeune camerounais en séjour privé dans la ville de Douala, a finalement quitté précipitamment le territoire camerounais, alors traqué par les forces de l’ordre pour acte d’homosexualité.




Alors que les observateurs percevaient une lueur d’espoir avec la condamnation judiciaire (6 mois de prison et à une amende de 650.000 CFA) en février 2022, d’un agresseur contre une personne inter sexe, le sentiment homophobe demeure, plus que jamais, une réalité au Cameroun. Cas du jeune Djoam Bopda Ryan Junior, vivant en Angleterre, en séjour de vacances au Cameroun, précisément au quartier Makepe.

Flagrant d’acte d’homosexualité

Arrivé sur le territoire camerounais le 1er juin 2022,  Djoam Bopda Ryan Junior a tout de suite entamé des visites auprès des membres de sa famille, amis et autres connaissances, après un long moment d’absence. Tout se déroulait dans la convivialité, lorsque le 2 juin 2022, à l’occasion d’une rencontre avec son partenaire intersexe, Djoam Bopda Ryan Junior  sera pris en flagrant d’acte d’homosexualité par des tiers, étonnés de l’attitude des deux jeunes hommes, qui s’embrassaient devant l’enceinte de la résidence de son partenaire au quartier Ange-Raphael.




L’un des spectateurs de la scène saisira la police afin de dénoncer cette pratique interdite par la loi locale et sévèrement punie, au regard des condamnations précédentes. Suite à cette dénonciation, Djoam Bopda Ryan Junior sera convoqué dans un Commissariat de la ville. Conscient de ce qui l’attendait, et compte tenu de la stigmatisation policière sur les couples homosexuels, Djoam Bopda Ryan Junior  ne se rendra pas à cette première convocation prévue le 3 juin 2022.

Djoam Bopda Ryan Junior en danger

S’en suivra une seconde convocation conformément aux usages. Cette fois, délivrée pour le 7 juin 2022. Le 8 juin suivant, des éléments de la Police Camerounaise ont investi la résidence objet des faits, avec pour objectif d’interpeller Djoam Bopda Ryan Junior, et poursuivre par la suite son partenaire intersexe. Heureusement pour lui, il était absent de ladite résidence.




Par conséquent, les éléments déployés rentreront bredouille. En danger, et alerté sur les risques qu’il encourait, Djoam Bopda Ryan Junior  prendra la décision d’abréger son séjour au Cameroun. Il quittera le pays, in extremis, le 10 juin 2022. À destination de l’Angleterre, son pays de provenance 9 jours plutôt. Désormais au large, le camerounais peut désormais vivre dans une société soucieuse de la protection des droits pour tous. Toutefois, regrette la pénalisation, les discriminations et les violences effectuées sur ses compatriotes du fait de leurs choix sexuels.

Texte de Loi

Pour rappel, d’après le Code pénal Camerounais, l’article 347-1 du Code pénal camerounais dispose qu’«est punie d’un emprisonnement de six (06) mois à cinq (05) ans et d’une amende de vingt mille (20 000) à deux cent mille (200 000) FCFA, toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe». Un texte qui brise tout espoir pour Djoam Bopda Ryan Junior de vivre pleinement sa relation, voire de séjourner au Cameroun.

Laisser un commentaire