Passeports biométriques : célérité et modernité dans la production

Centre de production des passeports au Cameroun

En inaugurant récemment le centre de production des passeports, Ferdinand Ngoh Ngoh, le Secrétaire Général de la Présidence de la République (SGPR), entérinait une disponibilité plus accrue desdits documents de voyage, non sans y adjoindre davantage de sécurité.




Des options qui devront définitivement mettre un terme à la spéculation autour de ce titre de voyage qu’est le passeport et dont la possession ces derniers temps imposaient aux usagers un véritable parcours de combattant. Fort heureusement, la haute hiérarchie a inscrit en priorité la résolution de ce problème en commettant de nouvelles dispositions procédurales en la matière et un centre ultramoderne de production des passeports pour en réduire les délais de délivrance passés à 48 heures, tout ceci assortie d’une harmonisation des coûts.

La fin du calvaire des passeports ?

Et quand bien même l’attente pour ce faire fut plutôt longue, il n’en demeure pas moins vrai qu’avec l’inauguration dudit centre de production sus évoquée, les usagers voient poindre à l’horizon la fin de leur calvaire. C’est donc dire que finies les files d’attente autour des commissariats à l’EMI-immigration et autres pour la grande satisfaction des usagers.




Et c’est à ce titre du reste que le SGPR dira : « depuis le début des activités de production le 1er juillet 2021, près de 35 000 demandes de rendez-vous ont été effectuées en ligne, et près de 1000 personnes sont enrôlées chaque jour », attestant de l’engouement retrouvé des usagers. Surtout que le même centre s’activera par ailleurs dans la numérisation des actes de l’Etat-civil afin de boucler le processus et accroître significativement la sécurité des passeports produits.

Interconnexion

Fort de ce qui précède, on comprend aisément pourquoi le même Secrétaire Général de la Présidence de la République (SGPR) a instruit le consortium en charge de la production desdits documents à davantage de célérité avec en prime, une imminente déconcentration dudit centre de production dans l’ensemble des régions du triangle national afin de rapprocher davantage ces services spécialisés des usagers. Autant dire, une approche dynamique à souhait, tant il est vrai par ailleurs que les centres déconcentrés seront connectés au centre de production central et les représentations diplomatiques y seront également annexés.




En somme un réseau de production devant aller au-delà des frontières nationales en favorisant l’intégration connectée de l’ensemble des Camerounais. On le comprend, les exigences du numérique n’ont pas manqué d’être intégrées à la nouvelle donne pour gagner davantage en temps et surtout rendre l’accessibilité de ce service au plus grand nombre car, de toute évidence, les Camerounais sont des voyageurs. Raison pour laquelle ce centre se veut plutôt spacieux, fort de ses 4000m² dont près de la moitié est réservée aux usagers afin d’éviter attroupements et autres, tant il est vrai que son immense parking est du reste payant afin de ne point transformer ce centre de production en véritable parking, au vu de sa proximité avec la voie publique. Au total, on aura ainsi privilégié sa fonctionnalité.

Un joyau architectural

Sur un tout autre plan, le matériau utilisé pour la construction de cet édifice ultramoderne allie toutes les tendances de l’heure, un revêtement des murs en aluminium avec de grandes baies vitrées, venant ainsi donner au quartier Etoudi tout proche un nouveau paysage urbain, puisque le centre de production des passeports est par ailleurs doté de commodités conséquentes, attestant au mieux du bienfondé du partenariat public-privé qui a permis son érection.




Quand bien même le gros du financement l’aura été sur fonds de la Direction Générale à la Sûreté Nationale, cette dernière a été épaulée par le consortium belgo-portugais commis à la production de ces passeports, des titres de voyage sécurisés. Bien plus, en impliquant ce partenaire dans les frais de mise en œuvre dudit centre, le gouvernement réaffirme ainsi sa volonté d’étendre ses sources de financement, mais aussi et surtout celle de diversification partenariale dans une optique gagnant-gagnant.

Please follow and like us:

Alain Soppo

reporter

Alain Soppo has 30 posts and counting. See all posts by Alain Soppo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *