Projet présidentiel : qu’est-ce qui bloque la réalisation du marché moderne de Douala ?

Le Mindevel Georges Elanga Obam

Participant du projet présidentiel visant à doter nos cités urbaines d’espaces marchands modernes et opérationnels à l’orée de 2022 et malgré le bouclage des études de faisabilité y afférentes en octobre 2020, le chantier peine toujours à démarrer, alors que le Mindevel donnait des assurances quant au respect des délais de sa mise en œuvre. Suffisant pour susciter notre interrogation et scruter au mieux ce qui peut en constituer les goulots d’étranglement.




D’entrée de jeu, ce projet a hérité d’un site des plus marécageux qui nécessite de gros travaux de terrassement dans un environnement du reste marqué par une intense pluviométrie obligeant une rallonge des délais. Une réalité qui ne semble pas avoir été prise en compte par le Génie militaire ainsi contraint d’observer une longue pause opérationnelle dans l’attente d’une saison plus propice au démarrage effectif des travaux.

Un projet sans finances mobilisées

A côté de cela, il faut également observer les problèmes de mobilisation des financements qui, quand bien même ils sont assurés conjointement par le gouvernement et le Feicom, doivent actuellement subir les contrecoups du foisonnement d’autres projets tout aussi urgents et importants, notamment ceux des infrastructures connexes de la Can 2021. Mais il n’empêche que des assurances en la matière avaient été données par le ministre de la décentralisation, Georges Elanga Obam sans que pour autant les instructions par lui données à cet effet soient suivies à la lettre, au regard du retard évoqué ci-dessus.




Du coup, on en vient à penser que le projet ait été mis dans les tiroirs ou que les financements alloués aient été simplement détournés pour d’autres fins. Toutefois, nous gardons bon espoir qu’il n’en soit pas ainsi et qu’il s’agisse plutôt de problème conjoncturel inhérent à la fois aux urgences et obligations financières du gouvernement qui ne lui concèdent guère une flexibilité financière conséquente.

Longue attente préjudiciable

Au demeurant, la longue attente, quant à la mise en œuvre dudit projet, se veut préjudiciable à plus d’un titre. D’abord les commerçants obligés, pour la majorité, de créer des marchés spontanés pour s’adonner à leur occupation. Ensuite les citadins, contraints de ne point disposer d’espace marchand à la dimension de la cité capitale économique. Enfin, l’Etat qui perd dans la foulée d’importantes opportunités financières tenant des redevances qu’il aurait dû percevoir au travers de cet espace marchand. Et, analyse faite, on pourrait aussi bien indexer le Mindevel pour manquements à la parole donnée et à leur obligation au regard des assurances qu’ils donnèrent au moment de la présentation en grande pompe de ce projet en octobre 2020, allant même jusqu’à donner un délai de démarrage des travaux pour novembre de la même année. Était-ce alors, un simple effet de publicité ?




Nous voulons ne pas y croire car, rien ne les obligeait à faire de telles déclarations et surtout à alimenter un espoir vain pour les populations de Douala qui ont envisagé une sortie de l’ornière pour leur approvisionnement en produits de tous genres, eu égard à la segmentation dudit marché en plusieurs zones commerciales assorties de toutes commodités administratives et de sécurité. En somme, un marché futuriste et de référence en Afrique centrale qui devrait logiquement drainer une impressionnante foule de commerçants en faisant de Douala, un véritable hub marchand.

Please follow and like us:

Redaction

Hebdomadaire d'information et d'analyses

Redaction has 5 posts and counting. See all posts by Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *