Fondation Porte ouverte : les actions caritatives comme nouveau champ de bataille de Ketcha Courtès ?

Fondation Porte ouverte Ketcha Courtes

Fondation Table ouverte. Désormais aussi dans un domaine où l’on ne la connaissait guère, la Reine Mère Bangangté ne vient résolument étaler la panoplie de ses aptitudes à changer la vie de ses compatriotes en vue de leur assurer le mieux-être. Or, une telle prouesse n’est pas donnée. Aussi la pléiade des actions qu’elle aura jusqu’ici menées participe-t-elle d’un challenge nouveau qu’elle est en passe de réussir.

D’entrée de jeu, on pourrait simplement dire que stratège qu’elle soit de par sa formation a su transposer celle-ci à son environnement afin d’en modifier la structure organique et opérationnelle. Un travail de longue haleine qu’elle a fort heureusement su transformer en véritable passion pour l’équipe qui l’accompagne dans sa mise en œuvre sans disposer de moyens dédiés, tant il est vrai qu’elle surfe essentiellement sur son réseau de contacts pour dégoter partenariats et autres en vue de lever des fonds indispensables pour ce faire. Mieux au tact caractériel qui est le sien elle a su certainement y adjoindre quelque agressivité commerciale au sens noble du terme, forte très probablement de ses origines et partant, de son titre de noblesse qui lui impose de s’investir pour le bien-être de sa communauté et plus prosaïquement de ses compatriotes tirant littéralement le diable par la queue. Une réalité qu’elle a dès lors entrepris de combattre à la racine en offrant non plus seulement des subsides aux populations mais en œuvrant davantage pour leur prise en mains par elles-mêmes. Et c’est en cela que ses actions dépassent les cadres politico-administratifs pour se muer en fondements d’une perpétuelle résilience.

Le partage comme clé de voûte

Dès lors, ancrée dans la dynamique communautaire de nos traditions, elle a fait du partage à tous points de vue son cheval de bataille quitte pour ce faire à susciter des vocations et surtout un élan de solidarité agissante conséquente pour à la fois diluer les souffrances des uns et restaurer l’espoir pour les autres. Et si ce n’est là la preuve d’une empathie, cela témoigne à suffisance d’un altruisme révélateur de l’intégration par celle-ci des enjeux réels attachés à l’arasement vers le haut des conditions de vie de ses compatriotes en quête perpétuelle de bien et mieux-être. Et dans cette optique, elle s’est imposée une priorisation des domaines dans lesquels intervenir afin de développer à brève échéance l’émergence d’une classe sociale socio économiquement épanouie. Epanouissement appelé de tous les vœux par tout Camerounais et singulièrement ceux à la traîne à divers titres. Raison pour laquelle elle a opéré un ciblage conséquent en privilégiant dans ses actions les populations indigentes et vulnérables à souhait afin à la fois de leur redonner le sourire et partant, leur faire entrevoir un avenir plus radieux. Bien évidemment si un tel objectif ne saurait être atteint au premier abord, il charrie de réelles chances de l’être au bout d’un certain temps pour peu que les actions y liées disposent d’une régularité conséquente à l’instar de l’accompagnement scolaire, l’appoint sanitaire ou encore l’autonomisation des personnes handicapées.

Extension dynamique avec sa Fondation Porte ouverte

A l’effet de réfréner les velléités de jalousie, elle a tôt fait de ne point circonscrire ses actions au seul département du Ndé où est par ailleurs logé le siège social de la fondation «table ouverte» en explorant notamment d’autres champs d’intervention disséminés sur le territoire camerounais. Ainsi en est-il notamment de son implication dans la recherche d’une solution probante en vue de la résolution de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en facilitant l’intégration de leurs populations déplacées vers d’autres régions dans les circuits socioéconomiques tout en leur offrant un habitat décent.

Et quand on sait que quand tout être est expurgé de ses préoccupations existentielles, il lui devient plus aisé de se déployer et de produire en conséquence, on comprend que les actions caritatives menées par Célestine Ketcha Courtès participent à s’y méprendre à tempérer les velléités vindicatives des populations de ces deux régions camerounaises de surcroît criant quelque peu leur marginalisation. Ainsi donc, en plus d’œuvrer pour leur retour à de meilleurs sentiments, elle sème littéralement en elles, la graine de l’unité retrouvée avec leurs frères des autres régions du pays. A ce propos, la fondation « table ouverte » vient à point nommé pour à la fois exalter l’impérieuse solidarité agissante et promouvoir un nationalisme opérationnel.

Please follow and like us:

Stève Njoh

Stève Njoh est le directeur de publication de l'hebdomadaire Ça Presse. Journaliste spécialisé dans l'analyse des faits géopolitiques.

Stève Njoh has 72 posts and counting. See all posts by Stève Njoh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *