Passation des marchés publics en ligne : les soumissionnaires à l’école

Les soumissionnaires à l’école

Il a été organisé pendant trois jours à Douala par le projet PEPS, un atelier qui a permis aux parties prenantes de mieux s’imprégner des rouages qui fondent la procédure de passation des marchés dans le cadre des Initiatives à Résultats Rapides (IRR).

Ainsi, dans le cadre des passations des marchés publics, les choses ne se passeront plus comme avant dans ce monde en perpétuelle mutation. Et comme le Cameroun appartient à ce grand ensemble, il ne saurait être en marge de ce chambardement où la dématérialisation occupe une place prépondérante. Comme pour signifier à tous les enjeux qui vont gouverner cette nouvelle tendance, et au cours de l’atelier de renforcement des capacités des soumissionnaires dans le cadre de la mise en œuvre du deuxième cycle des Initiatives à Résultats Rapides (IRR) à l’utilisation de la plateforme Coleps, Joseph Ngo, Directeur général de l’ARMP, a, sans contour, présenté les faits : « je voudrais vous rappeler que la passation électronique des marchés publics offre plusieurs avantages qui ont un impact direct sur la gouvernance du système des marchés publics, son efficience et plus largement sur le développement économique du pays. En effet, la gouvernance, à travers la transparence, permet d’accéder gratuitement à l’information relative aux marchés publics, et garantit le traitement juste et équitable des prestataires de l’Etat. Elle réduit également la corruption par la diminution des contacts humains lors de la procédure de contractualisation.

Des marchés publics à cible bien précisées

En termes d’efficience, la dématérialisation permet l’amélioration de la concurrence, la standardisation et la rationalisation des procédures, ce qui diminue les coûts administratifs et les délais pour les entités publiques comme pour les opérateurs économiques, permettant ainsi d’obtenir une diminution importante des prix. », a fait comprendre le Dg de l’ARMP, avant d’ajouter : « par ailleurs, en termes de développement économique, la plateforme de dématérialisation, permet d’améliorer l’accès aux opportunités d’achat offertes par le secteur public aux prestataires potentiels, quelle que soit leur position géographique. Ce qui améliore le développement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) ».

Entre le 20 et le 23 octobre 2020 à Douala, il a donc été question d’intenses échanges entre les organisateurs et les participants, notamment en ce qui concerne la révision de l’approche des Initiatives à Résultats Rapides (IRR) ; de l’objectif et du plan de fonctionnement approprié de mise en œuvre du deuxième cycle des IRR ; de la présentation du système Coleps, les préalables à son utilisation ; du cadre juridique et normatif de la passation des marchés par voie électronique. On y a même procédé à des simulations et surtout à des exercices pratiques car, « nous devons garder à l’esprit qu’à l’horizon 2023, les marchés seront passés suivant la seule voie électronique comme le prescrivent les textes sus rappelés. Aussi, j’ai la profonde conviction que ce pari peut être tenu, si nous faisons l’économie de nos résistances habituelles au changement et si chacun s’investit à acquérir les supports techniques nécessaires à la mise en œuvre de cette technologie. C’est dire qu’avec l’engagement résolu des acteurs et la pleine participation de tous, nous allons atteindre nos objectifs de performance », a souligné le Directeur général de l’ARMP. Au-delà de la participation à cet atelier, non seulement le renforcement des capacités dont il a été question devra se traduire dans les faits, mais il importerait aussi à tous de se soumettre à la nouvelle donne.

Stève Njoh

Stève Njoh est le directeur de publication de l'hebdomadaire Ça Presse. Journaliste spécialisé dans l'analyse des faits géopolitiques.

Stève Njoh has 74 posts and counting. See all posts by Stève Njoh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *