Sur la reprise passée des épreuves du Bac C, D, TI à Douala

Reprises des épreuves de BAC

Guillaume Edajang a veillé au grain. Cette reprise a fait suite à un soupçon de fuite observé à la session normale en ce qui est des épreuves de Physique, SVT et Chimie. Les 15 366 candidats des séries C, D, TI enregistrés dans la région du Littoral se sont une fois de plus retrouvés dans les salles de composition pour subir à nouveau les épreuves de Chimie, Physique et Technologies de l’information (TI). Tout s’est bien passé cette fois-ci. Comme sur toute l’étendue du territoire national, l’on a procédé à la reprise de certaines épreuves du baccalauréat de l’enseignement général dès le 03 août dernier. Etaient concernées les élèves des séries D, C et TI qui se sont retrouvés pour le cas de la ville de Douala, dans les antres choisis à cet effet.

Tout s’est bien déroulé cette fois-ci, conformément à la chronologie adoptée, d’après les explications données par Augustine Tchikou, chargée de missions au sous-centre du Lycée Joss de Douala. Une assurance confirmée par Guillaume Edajang, délégué régional des enseignements secondaires pour le Littoral qui a fait le détour dans ce sous-centre en compagnie d’un responsable de l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC). A cette occasion, aucun incident n’a été signalé. Mieux encore, tous les candidats ont répondu présents dans ce sous-centre qui a accueilli 385 candidats répartis dans 13 salles. C’est sensiblement le même nombre de candidats qu’on a dénombré au sous-centre du collège Libermann. En somme, aucune « goutte d’eau n’a coulé » cette fois-ci. 

Les épreuves pour un probatoire en filigrane ?

Le 24 juillet 2020, dans un communiqué, le ministre Nalova Lyonga a annoncé la reprogrammation spéciale de trois épreuves du baccalauréat. Il s’agissait de Physique, Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), et Chimie. Si le texte ne précisait pas les raisons de cette reprogrammation, il s’est trouvé selon plusieurs sources que la thèse d’une fuite d’épreuves avant l’examen était vraisemblable. Une forte rumeur venant des élèves eux-mêmes au sortir des salles d’examen, faisait savoir que ceux-ci avaient déjà eu vent des épreuves au préalable. C’est donc pour rétablir l’équilibre que le Minesec a choisi de programmer de nouvelles épreuves.

Il faut dire qu’au cours de la même journée, on a aussi assisté au démarrage des épreuves des Probatoires des Sciences et Technologies du Tertiaire (STT). Naturellement, Guillaume Edjang s’est rendu dans certains sous-centres s’enquérir du déroulement de ces épreuves. Ce fut le cas notamment au Centre de Formation des Techniques Industrielles (Cefti) situé dans le 5ème arrondissement de Douala et au Lycée technique bilingue de Bounadoumbè à Douala 1er. Dans ce périple, seul un cas de fièvre aussitôt pris en charge au sous-centre du Cefti avait été signalé. Fait marquant, cet élève avait été admise à composer dans une salle seule sous l’œil attentif d’une infirmière. Au moment où nous mettions sous presse cette édition, les épreuves du probatoire de l’enseignement secondaire général étaient en cours et selon les informations parvenues à notre rédaction, la sérénité était de mise.

Please follow and like us:

Stève Njoh

Stève Njoh est le directeur de publication de l'hebdomadaire Ça Presse. Journaliste spécialisé dans l'analyse des faits géopolitiques.

Stève Njoh has 74 posts and counting. See all posts by Stève Njoh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *