Programme C2D «Capitales Régionales» : les maires de villes interpelés

programme cd2, les maires des villes en Visio conférence avec le Minhdu

Avec le démarrage imminent du Programme C2D, « Capitales Régionales » 1 et 2, à mettre en branle par le Minhdu, les nouveaux Maires de villes qui en sont bénéficiaires (Bafoussam, Bamenda, Bertoua et Garoua), ont participé avec des responsables de l’Agence Française de Développement, partenaire de premier plan du gouvernement en la matière, un conclave fort à propos le 7 mai 2020. La rencontre à laquelle ont pris part autour du ministre de l’habitat et du développement urbain, les maires de villes avait pour objectif de s’assurer qu’au-delà de l’aspect électif et de l’euphorie qui va avec, ces nouveaux responsables ont pris le pool de la responsabilité qui est la leur dans le cadre de la décentralisation et du développement local.

Aussi le Minhdu leur a demandé de s’approprier ce programme emblématique initié par le chef de l’État. Lequel vise à améliorer le cadre de vie des populations et à faire preuve d’engagement personnel et de passion, dans l’intérêt de leurs populations respectives. Aussi longtemps que le Programme C2D Urbain « Capitales Régionales » porte sur l’amélioration durable de l’accès des populations urbaines aux services de base dans nos Chefs-lieux de Régions. Il concerne le financement d’un Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) concernant les infrastructures, les Equipements Marchands, les Services Urbains, l’amélioration du Cadre de vie des populations et le renforcement des capacités des Maitres d’Ouvrage locaux.

Programme C2D « Capitales Régionales 1 »

L’enveloppe financière destinée à « Capitales Régionales 1 », qui concerne Garoua, Bafoussam et Bertoua est estimée à 99,7 milliards de FCFA TTC. Celle de « Capitales Régionales 2 » portant sur Bamenda et Maroua est de 67 milliards de FCFA TTC. Autant dire un coup de pouce qui vient à point nommé par ces temps de dilution substantielle des revenus des communes territoriales décentralisées impactées par la baisse d’activités inhérente à la pandémie de la Covid-19 et de ses effets connexes. Et desservies par la baisse drastique des subventions étatiques avec l’accélération du processus de décentralisation leur intimant l’impératif de multiplier la multiplication d’activités créatrices de revenus propres.

Il convient de signaler qu’à travers ce programme, quatre axes seront exploités : Infrastructures routières et de drainage ; équipements marchands ;  équipements de proximité (borne fontaine, toilettes publiques, éclairage) ;  amélioration du cadre de vie (équipements sportifs, culturels et de détente). Les deux premières composantes qui représentent environ 75% de l’investissement sont placées sous la maîtrise d’ouvrage du Minhdu à travers une Cellule Centrale de Suivi (CCS). Les deux dernières composantes représentent 25 % de l’investissement et leurs mises en œuvre sont conduites localement par des Cellules Locales de Suivi (CLS) crées au sein de chacune des communes urbaines. L’implication des maires de ville concernés par ce programme est donc très attendue. Forcément, les maçons seront jugés au pied des murs.

Please follow and like us:

Alain Soppo

reporter

Alain Soppo has 30 posts and counting. See all posts by Alain Soppo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *