Fête nationale de l’unité : Ketcha Courtès, une amazone contre la Covid-19

Fête Nationle de l'Unité. Ketcha Courtès et le 1er ministre

La ministre se joint au reste du gouvernement pour sortir vainqueur malgré la non-célébration festive de la 48e édition de la Fête Nationale de l’Unité en raison des contraintes liées à ladite pandémie. Le pays a néanmoins observé une thématique y afférente : «Tous unis face à la pandémie du Covid-19, pour un Cameroun résilient, résolument tourné vers la paix, la stabilité et le développement économique». Suffisant pour comprendre que divers départements ministériels aient pris le temps d’évaluer à l’occasion leur contribution en la matière, à l’instar du ministère du développement urbain et de l’habitat résolument en première ligne au même titre que les personnels sanitaires pour davantage d’efficacité pour la stratégie gouvernementale de riposte d’envergure contre celle-ci.

Le ministère de l’Habitat et du Développement Urbain (MINHDU) participe activement et pleinement à la mise en œuvre de cette stratégie Gouvernementale de riposte en affectant pour ce faire les logements sociaux à la quarantaine des personnes testées positives au Covid-19, quand certains de ceux-ci ne sont pas transformés en unités de prise en charge des malades, notamment dans les villes de Yaoundé, Douala, Bafoussam, Bertoua, Maroua et Ebolowa. Un choix qui est loin d’avoir été fait de gaieté de cœur, eu égard aux importants manques à gagner y liés qui fort heureusement participe par ailleurs d’une promotion différenciée des mêmes logements qui attendent toujours pour la plupart des preneurs. Quant à la gestion interne du ministère, des réunions en visioconférence se multiplient et l’on s’est obligé de mettre à la disposition des collaborateurs et usagers soumis à l’exigence du respect des mesures barrières, des gels hydro alcooliques.

Fête Nationale avec prise de conscience collective

Dans la foulée, les  entreprises et autres prestataires contractants des chantiers en cours ont été instruits à l’observance sans complaisance aucune du respect des mesures barrières édictées fort à propos par le Gouvernement avec en bonne place le port du masque de protection, la distanciation sociale et le lavage des mains. Ce fut l’occasion pour Célestine Ketcha de remercier le Président de la République, pour les décisions fortes prises aux premières heures, afin de barrer la voie au Coronavirus.

Mais au-delà de la reconnaissance sous-jacente y annexée, elle n’a pas manqué de réitérer aux populations camerounaises la responsabilité individuelle et collective qui est la leur pour donner davantage de visibilité à la Grande Vision d’Habitat digne de ce nom à l’origine de l’érection de 10.000 logements sociaux assortis de 50.000 parcelles constructibles lancées par le chef de l’Etat et sous l’autorité du Premier Ministre, chef du Gouvernement, Joseph Dion Ngute. Lequel gouvernement qui, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, a tenu parole en allouant aux Camerounais des cadres de vie décents à un coût accessible. Et c’est fort de cela qu’il revient désormais à chaque Camerounais de prendre conscience de la gravité de la situation de la pandémie COVID-19 et s’approprier les mesures barrières pour sa protection et celle des autres.

Optimiste sous la COVID-19

Une attitude responsable qui permettra d’infléchir la courbe de contamination, voire d’enrayer la pandémie. Car dira en substance Célestine Ketcha Courtès, « Unis et solidaires, nous vaincrons cette pandémie, j’en suis convaincueMalgré ce contexte lourd, je voudrais tout de même souhaiter une bonne Fête Nationale de l’Unité à tous les compatriotes, et surtout au Président de la République, S.E. Paul Biya et le remercier pour sa Sagesse, son Amour pour ses compatriotes pour lesquels ses dons aux 360 Communes pour la lutte contre le COVID-19  témoignent à suffire de cet Amour. Gratitude enfin au chef de l’Etat pour avoir su nous mobiliser sous l’autorité du Premier Ministre, chef du Gouvernement, pour donner le meilleur de nous-mêmes,  afin de réduire les conséquences désastreuses annoncées de cette pandémie dans notre Pays ». Autant dire, une appropriation simultanée du discours politique et des enjeux y afférents, tant il est vrai que tout déphasage pourrait être des plus préjudiciables en cette période où la moindre négligence deviendrait morbide à souhait.

Please follow and like us:

Stève Njoh

Stève Njoh est le directeur de publication de l'hebdomadaire Ça Presse. Journaliste spécialisé dans l'analyse des faits géopolitiques.

Stève Njoh has 72 posts and counting. See all posts by Stève Njoh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *