Chantiers Chan 2020 : le Cameroun est prêt au plan infrastructures

Chantiers du Chan, stades de football

Pour les chantiers du Chan 2020, le Cameroun est prêt. Le glissement de date de la CAN avait confirmé d’énormes retards dans la mise en œuvre des infrastructures dédiées. Notamment celles participant des voies d’accès et autres commodités d’accueil des délégations parties prenantes à cette grande fête continentale du football. Un constat qui a entraîné un changement de maître d’œuvre pour attribuer cet important volet au ministre de l’habitat et du développement urbain. Ceci pour non seulement accélérer les travaux afférents et surtout les livrer à date. Un challenge en passe d’être relevé eu égard au taux de réalisation global de 91%. A un mois du terme et surtout à l’approche opérationnelle différenciée adoptée pour ce faire par Célestine Ketcha Courtès.

La ministre a suscité le satisfecit et rassuré les experts de la CAF en visite sur les différents sites choisis pour abriter ledit événement. Pour y parvenir toutefois, cette dernière a multiplié des descentes sur le terrain, question de maintenir sous pression les entreprises adjudicatrices des différents chantiers et éviter ainsi de nouveaux retards de mise en œuvre préjudiciables à plus d’un titre. Mieux, il s’en est suivi une symbiose plus affirmée entre les ministères des sports et de l’éducation physique et celui de l’habitat et du développement urbain en une dynamique conséquente. Et à ce titre, l’exemple de Douala est le plus patent où voies de contournement et d’accès ont permis de modifier le paysage urbain de la ville pour la grande satisfaction des usagers. Ces derniers ont à l’occasion tu leurs appréhensions et réfréné leur propension aux récriminations. Mieux, le Mindhu a opéré une maîtrise des coûts de ces ouvrages évalués à seulement 4 milliards de FCFA.

Accélération des chantiers

Une autre prouesse qui en dit long sur le pragmatisme de cette dernière, le respect scrupuleux du cahier de charges élaboré d’accord parties entre la CAF et le Gouvernement de la République. Et cela aussi, on peut le comprendre eu égard au background de la ministre, forte de ses aptitudes managériales. Au-delà des enceintes et périphéries des sites, le Mindhu a mis un point d’honneur à viabiliser la quasi-totalité des arrondissements de la ville de Douala désormais pavés et illuminés à souhait pour repousser le spectre de l’insécurité urbaine et faciliter la mobilité des usagers avec un total d’une trentaine de tronçons réalisés et l’essentiel d’ores et déjà livrés à Douala 2e, 3e, 4e et 5e. Mieux encore, ces tronçons interconnectés pour la plupart, ont permis de décongestionner significativement le trafic dans lesdits arrondissements devenus plus accessibles.

Quoi de plus normal pour les populations bénéficiaires de tirer le chapeau au Minhdu et lui exprimer leur gratitude pour l’accélération de la mise en œuvre des différents chantiers notamment ceux qui avaient connu plus d’un an d’arrêt à l’instar de ceux de Bonabéri. Bien plus, les avancées notables observées au niveau des sites et singulièrement celui de Japoma, ne laissent présager qu’une fin heureuse. Toute chose qu’attendent les Camerounais mordus du football et restés inconsolables suite au glissement de date intervenu en 2018 et à l’origine de l’abandon de bons nombres de chantiers qui étaient dédiés à la CAN. Aussi peut-on comprendre qu’on lui ait adjoint la finition du site de Japoma notamment en ce qui concerne le parking et les voies d’accès. Deux chantiers qui obéissent pour leur mise en œuvre de deux programmes distincts qui participent toutefois du même objectif : être prêt le jour dit.

Prospective

Et c’est fort à propos que ce site a bénéficié de la construction de 4,8 km de voies et un parking de 6000 places, soit plus de 99 % de taux de réalisation à ce jour. Plus qu’encourageant peut-on valablement dire, même si avec l’avancement de la date de la CAN 2021, on devrait plutôt y voir des manœuvres supplémentaires du président de la CAF de mettre de nouveau en difficulté notre pays quant aux délais de mise en œuvre. Mais en bonne manager qu’est Célestine Ketcha Courtès, elle a tôt fait d’anticiper sur une telle situation en accréditant davantage d’entreprises pour la réalisation desdits chantiers, aussi est-on passé de six à onze intervenants, incluant cinq bureaux d’études pour l’évaluation de la conformité ou plus exactement du respect scrupuleux du cahier de charges ainsi que le rythme d’implémentation des différents ouvrages. Et à ce titre, on se retrouve ce jour avec la construction de pas moins de 30 km de voies dont 25 km entièrement achevés. Et dans un mois, on espère vivement que ce dossier sera définitivement clos sans que le Cameroun négocie quelque prorogation de délai de livraison des chantiers, comme ce fut le cas en 2018 avant le glissement de date.

Please follow and like us:

Alain Soppo

reporter

Alain Soppo has 30 posts and counting. See all posts by Alain Soppo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *